Ordinations au diaconat permanent

Collégiale St-Pierre, DOUAI

 

Les doyennés de l’Ostrevant et de Pévèle Scarpe peuvent se réjouir ! Ces trois hommes, nos frères, et leurs familles viennent y apporter leur charisme au service de tous.

C’est en la collégiale Saint Pierre, traversée d'un beau soleil, qu'a eu lieu l'ordination, ce dernier samedi d’avril, veille du dimanche du Bon Pasteur et des vocations. La main dans la main de leur épouse, les trois ordinands s’avancent dans l'allée centrale. Voici Philippe Dael, 49 ans, marié à Catherine. Ils ont cinq enfants et habitent Fenain. Directeur d'une entreprise de fenêtres en PVC, expert judiciaire en bâtiment (il est ingénieur), Philippe préside le club de football de sa commune. Son épouse est cadre de santé à la Croix rouge française (CRF). Catéchuménat pour lui, catéchèse pour elle, c'est ensemble qu'ils animent la préparation mariage sur leur paroisse Saint Jean Bosco. Membres de Citoyens solidaires (Cisol), ils partagent une passion commune pour la danse de salon. Bernard-Gilles Flipo, 58 ans, est marié à Bunmi. Le couple a aussi cinq enfants et habite Saint Amand les Eaux. Au sein d'un groupe acteur de l'insertion par l'activité économique (IAE), "BG" dirige le pôle "Recyclage et industrie". Chanteur à "Amandichoeurs", il co-anime des parcours bibliques tandis que Bunmi, enseignante, assure la préparation au baptême sur la paroisse Saint Amand de l’Elnon. Fabrice Gambier, 54 ans, est l'époux de Christine qui lui a donné trois enfants. Ils vivent à Somain. Fabrice est responsable technique d'un studio de création multimédia, il est aussi auteur-compositeur-interprète au service des églises chrétiennes. Christine est l'un des visages de la maison du diocèse (Raismes) où elle travaille comme secrétaire du pôle Jeunes (et celui des Vocations comme bénévole). 

 

  • Une joie, une confiance, un espoir envers les ordinands

Les trois équipes qui, quelques années durant, ont accompagné les trois candidats au diaconat ont enrichi leur portrait. Concernant Philippe, "il a de l'ouverture et un grand équilibre, ajustant rigueur et vérité dans son travail, créant du lien avec les jeunes (football, scoutisme)"; au sujet de Bernard-Gilles, "il se caractérise par un désir de service, un appel de la foi et le choix du mariage. Vivre la charité, la parole de Dieu et la liturgie, le tout dans une vraie intelligence d'une foi adulte : il portera haut et fort le message de l'Evangile". Quant à Fabrice, "il est adepte d'une Eglise verte et ouverte, portes et fenêtres; il nous fera bénéficier de son enthousiasme et de sa créativité dans un monde qu'il aime et respecte". A leur tour, avec émotion, les trois épouses ont témoigné. Catherine : "Le temps de la formation au diaconat a permis de mûrir notre oui. Notre vie de couple et de foi s'en trouve grandie". Bunmi : "Nous accueillons cet appel à la suite du Christ serviteur, dans la joie et dans la paix". Christine : "J'essaierai de continuer à suivre le Christ plus intimement et remets à Dieu toute ma confiance".

 

  • Une amitié définitive entre Dieu et les hommes

Dans son homélie, Mgr Vincent Dollmann, retenait la profondeur de l'évangile de Jean (15, 9-17), où Jésus appelle "amis", et non plus serviteurs, celles et ceux qu'il a choisis et établis pour porter du fruit avec pour mot d'ordre : " vous aimer les uns les autres". Le père archevêque poursuivait : "L'amour n'est pas utopie, il est ce don qui féconde la terre des hommes ... Le diacre renouvelle avec son épouse vie de couple et vie de famille, enrichie par l'apport des enfants, dans la fidélité et une disposition à se laisser guider par le Christ pour que l'amour de Dieu soit accueilli dans le monde. Le voilà placé au coeur des choix de société, des questions autour de la vie, des pauvretés ... pour que l'Evangile et la doctrine sociale de l'Eglise soient, si c'est possible, mieux connus et mieux aimés. Oui, mes amis, la formation continue du diacre se fera d’abord dans sa famille, loin de tout activisme. Il grandira dans l'humilité du service ».

 

  • Covi…diacre ou le virus de l'Espérance

La liturgie de l'ordination prenait ensuite toute sa place avec l'imposition des mains et la prière, la remise de la vêture, de l'évangile et un baiser de paix fraternel. A la suite du père Dollmann, nombre de diacres du diocèse mais aussi de Lille et Arras accomplissaient ce geste avant que résonne dans l'assemblée  "Que ma bouche chante ta louange". La procession des offrandes permettait de donner sa place, par les personnes présentes, à la vie associative (solidarité, entraide), sportive, artistique et musicale, civile et religieuse; une place était également donnée au monde des jeunes et de l'éducation, celui de la santé et l'oecuménisme. L'ensemble se concluait par l'envoi en mission, les remerciements -on aura apprécié le mot "à ceux qui ne partagent pas notre foi mais ont balisé nos chemins"- exprimés par Philippe Dael qui osa le mot de « covidiacre » lié à la pandémie avec cet encouragement : « Continuons à être contagieux à la joie et à l’Espérance ». Mgr Dollmann, avant la bénédiction, invitait : « Il ne s’agit pas de montrer quelque force ou éclat de notre communauté mais bien de rendre fécond aujourd’hui encore l’Evangile, nous pouvons compter sur le travail de l’Esprit saint ! ».

 

Philippe COURCIER

 

>>> Philippe, Fabrice et Bernard-Gilles sont diacres !
       Article et photos de Dorothée QUENNESSON

>>> Vidéo de la célébration
       par le Service Communication

>>> Homélie de Mgr Dollmann

 

Crédit photos : Marie-Paule LAISNE

 

Article publié par Michel LAISNE • Publié le Lundi 26 avril 2021 • 687 visites

keyboard_arrow_up