Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

17 novembre

Soirée d'information sur le diaconat

Depuis le Mardi 17 nov 2015

 

Dimanche prochain 22 novembre, l'église Notre-Dame des Mineurs de Waziers connaîtra un événement de taille : Monseigneur François Garnier, archevêque de Cambrai, y ordonnera cinq diacres permanents, dont trois pour le seul Douaisis !

 

Les diacres permanents sont des hommes souvent mariés, qui ont un travail, etc. bref, qui ont une vie comme tout le monde, et chargés d'être des "ambassadeurs" de l'Eglise auprès de leur famille, dans leur milieu professionnel et auprès de toutes les personnes qu'ils côtoient. Ils agissent aussi au sein de leur paroisse car ils peuvent célébrer des baptêmes, des mariages, des funérailles, assister le prêtre pendant la messe, prêcher, avoir des missions diverses et variées... Ils peuvent bénir mais ne peuvent pas confesser ou célébrer la messe (c'est l'apanage des prêtres et évêques). Le ministère de diacre, très prenant, ne peut s'exercer qu'en accord avec l'épouse, qui participe aussi au parcours de formation. Avec les ordinations de dimanche, le diocèse de Cambrai pourra compter dans ses rangs environ 45 diacres, un chiffre en constante augmentation.

 

En amont de cette grande célébration de dimanche, les deux futurs diacres du doyenné de Douai (l'orchésien Jean-Maurice Castelain, n'y était pas, Orchies ne faisant pas partie du doyenné de Douai) se sont présentés en toute simplicité lors d'une rencontre qui s'est tenue ce mardi 17 novembre, salle Jean XXIII à Auby.

 

Ces hommes, tous deux sympathiques et souriants, ont des profils différents. Le roost-warendinois Guy Théry, 62 ans, est marié, père de 3 enfants et grand-père de 4 petits-enfants. Quatrième d'une fratrie de 15 enfants qui n'ont pas eu une éducation catholique, il a fait sa communion à 33 ans et sa confirmation deux ans plus tard. Après avoir enchaîné plusieurs emplois, il est finalement devenu surveillant pénitentiaire pendant 26 ans, jusqu'à sa retraite. Il y a quelques années, des chrétiens lui ont proposé de devenir diacre. "Sur le coup, je me suis demandé pourquoi on m'avait interpellé pour ce ministère! Pendant le parcours de formation qui dure 5 ans, les réponses sont venues" se souvient Guy Théry. Un parcours de formation qu'il a suivi en même temps que Didier Hénaut. Cet enseignant waziérois de 57 ans a rencontré sa femme Nadine au lycée. Avec elle, ils ont eu 3 filles et ont 5 petits-enfants. Le parcours de foi de Didier Hénaut n'a pas été rectiligne. En effet, lui et sa femme ont eu des moments de rébellion contre l'Eglise, jusqu'à ce que la demande de baptême d'une de leur fille lorsqu'elle avait 8 ans les interpelle. Puis, comme Guy, Didier a été interpellé en 2009 en vue d'un cheminement vers le diaconat. Comme Guy, Didier s'est demandé pourquoi on lui avait proposé, avant que ce ministère et la vie de prière ne devienne une évidence. Désormais, les deux hommes sont fin prêts pour le grand jour de dimanche, aboutissement d'un chemin qui va continuer dans leur engagement du ministère diaconal qu'ils ont choisi en toute liberté, et dans le cadre duquel ils pourront pleinement transmettre aux autres et avec joie la foi qu'ils ont reçue.

Christophe Delille

 

 

>>> Ordinations diaconales, le 22 novembre à 15h, en l'église Notre Dame des Mineurs à Waziers

 

 

 

Article publié par Paroisse St-Maurand St-Amé de Douai • Publié Mercredi 18 novembre 2015 • 1053 visites

Haut de page