L'identité du prêtre

retraite_sacerdoce_20090929_1




Après avoir recherché dans la Parole de Dieu les origines du sacerdoce ministériel (prêtres et évêque), son enracinement dans l’unique sacerdoce du Christ (lettre aux hébreux 5 ; 7 ; 8 ; 9 ; 10), nous avons souligné les liens qui unissent le sacerdoce des baptisés au sacerdoce des prêtres. Aujourd’hui, nous méditerons sur l’identité du prêtre.

Appelés par Dieu.


Chaque baptisé est appelé à partager la Sainteté de Dieu. Le concile Vatican II a souligné cette vocation universelle à la sainteté. (Lumen Gentium, 5). Certains reçoivent un appel particulier pour signifier la primauté de l’amour de Dieu (vocation religieuse). D’autres sont appelés à continuer la mission des apôtres (Évêques et les prêtres) qui est de poursuivre le ministère sacerdotal du Christ. « pris d’entre les hommes, établi pour intervenir en faveur des hommes dans leur relation avec Dieu » (Hébreu 5, 1). Comment ne pas frémir devant cette vocation ? « C’est le prêtre que Dieu place sur la terre comme un autre médiateur entre le Seigneur et le pauvre pécheur, comme Il est lui-même entre nous et le Père. C’est le prêtre qui continue l’œuvre de Rédemption dans le monde » Saint Jean-Marie Vianney. C’est dans un dialogue constant avec Dieu que l’on reçoit le don de consentir à son appel. « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes » (Matthieu 4,9). Le prêtre est invité, d’une manière toute particulière, à vivre la participation au sacerdoce du Christ dans l’intimité d’une relation d’amitié. « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur reste dans l'ignorance de ce que fait son maître ; je vous appelle amis, parce que tout ce que j'ai entendu auprès de mon Père, je vous l'ai fait connaître. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure » ( Jean 15,13-15). « Amis » : c’est ainsi que Jésus appelle ses apôtres et ceux qu’Il a choisi, institué, envoyé pour poursuivre la mission des apôtres.

Consacrés par l’onction sacramentelle


Il est important de rappeler que le prêtre agit « in personna Christi Capitis ». Qu’est-ce-que cela veut dire ? Le catéchisme de l’Eglise catholique souligne que « Dans le service ecclésial du ministre ordonné (Evêques et prêtres), c'est le Christ lui-même qui est présent à son Eglise en tant que Tête de son corps, Pasteur de son troupeau, grand prêtre du sacrifice rédempteur, Maître de la Vérité. C'est ce que l'Eglise exprime en disant que le prêtre, en vertu du sacrement de l'Ordre, agit "in persona Christi Capitis"» (Catéchisme de l’Eglise catholique 1997. article 1548). C’est l’ordination sacerdotale qui confère à un homme, choisi par Dieu, cette identification au Christ tête. Il ne s’agit pas d’une nouvelle mission qui serait confiée à un fidèle laïc mais d’une « consécration » de la personne liée au caractère, sceau spirituel et indélébile d’une appartenance spéciale au Christ. Il s’agit bien d’une marque ontologique qui fait du prêtre un homme pour Dieu, un homme tourné vers Dieu. « Le prêtre est le serviteur du Christ, au sens que son existence, configurée à Lui de manière ontologique, assume un caractère essentiellement relationnel: il est en Christ, pour le Christ et avec le Christ au service des hommes. Précisément parce qu'il appartient au Christ, le prêtre est radicalement au service des hommes: il est ministre de leur salut, de leur bonheur, de leur libération authentique,...» Benoît XVI, audience du 24 juin 2009/extrait. Par son ordination, le prêtre est oint dans le Christ prêtre. Il est une continuation du Christ lui-même souverain et unique prêtre de la nouvelle Alliance Il est une image vivante et transparente du Christ prêtre. « Par l’onction du sacrement de l’ordre, L’Esprit Saint le configure, à un titre nouveau et spécifique, à Jésus-Christ Tête et Pasteur, Il le conforme intérieurement et l’anime de sa charité pastorale ; et dans l’Eglise, il en fait un serviteur qualifié pour l’annonce de l’Evangile à toutes les créatures et pou la plénitude de la vie chrétienne de tous les baptisés. Telle est la manière typique et particulière dont le ministre ordonné participe à l’unique sacerdoce du Christ » (Jean-Paul II. Pastores dabo vobis.)

Envoyés au nom du Christ.


Le sacerdoce ministériel (Evêques et prêtres) est un ministère, un service, il est médiation entre Dieu et les hommes. « Le prêtre vous donne Dieu et il vous donne à Dieu » Saint Jean Marie Vianney. Le sacerdoce est destiné à l’Eglise. Il est le don que Dieu fait à son peuple pour qu’il demeure son peuple, un peuple saint ardent à faire le bien. « Le prêtre n’est pas prêtre pour lui. Il ne se donne pas l’absolution, il ne s’administre pas les sacrements. Il n’est pas pour lui, il est pour vous » Saint Jean Marie Vianney. Le Oui au don de Dieu que prononce le prêtre au jour de son ordination, le lance à la suite des apôtres sur les routes des hommes. « Ce don du sacerdoce est une merveille qui a été réalisée en vous mais pas pour vous. Elle l’a été pour l’Eglise ce qui équivaut à dire le monde qui doit être sauvé. La dimension sacré du sacerdoce est totalement ordonnée à la dimension apostolique c'est-à-dire à sa mission pastorale … Le prêtre est donc envoyé » (Jean Paul II : Homélie à Rio de Janeiro, 2 juillet 1980). Cette mission d’évangélisation, le prêtre l’exerce avec les laïcs selon leurs charismes.

Nous aurons la joie d’approfondir cette mission du prêtre en méditant :
  • Mercredi : Prêtre : serviteur et ministre de la Parole de Dieu
  • Jeudi : Prêtre : serviteur et ministre de l’Eucharistie
  • Vendredi : Prêtre : serviteur et ministre de la miséricorde de Dieu
  • Samedi : Prêtre : serviteur de la communion à l’école de Marie.
  • Dimanche : Echos de la retraite sacerdotale d’Ars.

 

Méditation :


retraite_sacerdoce_20090929_2 « Il monte dans la montagne et il appelle ceux qu'il voulait. Ils vinrent à lui et il en établit douze pour être avec lui et pour les envoyer prêcher avec pouvoir de chasser les démons. » Marc 3, 13-15

« Ainsi parla Jésus, et levant les yeux au ciel, il dit Je ne suis plus dans le monde ; eux sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde-les dans ton nom que tu m'as donné, pour qu'ils soient un comme nous. Quand j'étais avec eux, je les gardais dans ton nom que tu m'as donné. J'ai veillé et aucun d'eux ne s'est perdu, sauf le fils de perdition, afin que l'Écriture fût accomplie. Mais maintenant je viens vers toi et je parle ainsi dans le monde, afin qu'ils aient en eux-mêmes ma joie complète. Je leur ai donné ta parole et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les enlever du monde, mais de les garder du Mauvais. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. Comme tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu'ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. Je ne prie pas pour eux seulement, mais aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi, afin que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu'eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m'as envoyé. » Jean 17, 1, 11-21

Article publié par MICHEL LAISNE • Publié le Mercredi 30 septembre 2009 • 4389 visites

keyboard_arrow_up