Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Nouvelles de Sr Jean-Jo et Sr Elizabeth

Sœurs de la Ste Union, en Haïti

 

  

 

Actuellement six sœurs de la Sainte Union sont présentes en Haïti :

 

  • trois à Port au Prince : Srs Helen, Eileen et Maria.
    Elles s'occupent essentiellement d'étudiants, d'un centre nutritionnel de 70 enfants, de jeunes prisonniers, d'une classe de rattrapage appelée Kay Carl
  • une à St Marc :Sr Mary,
    qui s'occupe des jeunes de la prison et des personnes âgées isolées
  • deux à St Michel de l'Attalaye : Sr Jean-Jo et Sr Elizabeth,
    qui ont en charge l'école primaire et secondaire, la Kay Ti Moun (= jardin d'enfants), les pauvres et la vie paroissiale, les cours du soir pour les Restaveks (= jeunes en domesticité).

 

Toutes les six travaillent en réseau avec des partenaires haïtiens.

 

Marie Bouchaert et Jean Danquigny vont se rendre prochainement en Haïti (du 21 février au 8 mars 2014) : ils auront la joie de retrouver nos sœurs ; ils pourront voir la concrétisation des projets soutenus par l'Association Haïti-Présences, et envisager sur place les nouveaux projets à soutenir.

 

  

 

 

Lettre de St-Michel de l'Attalaye

 

Liturgiquement, le temps de Noël est passé depuis plusieurs semaines mais Janvier n’est pas achevé, aussi Sr Elizabeth et moi pouvons- nous encore vous présenter nos vœux les plus affectueux. Depuis le premier jour de l’Avent, nous les avons plongés dans la prière et chaque jour, nous vous présentions au Seigneur pour que la joie de Noël vous enveloppe, que vous viviez 2014 en bonne santé, entourés d’affection, à l’aise dans vos activités professionnelles ou autres et que chaque jour vous donne l’occasion d’échanger la joie .Plusieurs d’entre vous m’ont devancée. La circulaire et les photos jointes aux souhaits m’ont fait grand plaisir. Merci.

 

Durant le trimestre, surtout avec Haïti-Présences, vos actions au profit d’Haïti se sont multipliées. C’était le cross à SO du Lycée jusqu’aux classes maternelles, le marché de Noël avec Colette, le marathon et j’en passe. Un merci aussi grand que vos efforts. Grâce à vous, maintenant, la cuisine est pimpante. Elle a enfin reçu un coup de peinture dès la sortie des élèves en décembre et elle restera propre car on a utilisé la peinture à l’huile partout où c’était nécessaire. Puis ce fut le tour de l’école. On avait seulement à la rafraîchir mais quelle différence ! Le nombre de pots de peinture vides est impressionnant !

 

Vous nous avez encore donné la possibilité d’organiser les fêtes de Noël. Le Vendredi 20, la cour se remplissait de vieillards indigents ou handicapés. Tôt le matin, ils étaient près de la maison. 70 sont venus mais 10 ont reçu leur part chez eux. Sr Apolline leur a beaucoup manqué, à nous aussi. Ils ont chanté à plein cœur et quand leurs jambes le leur permettaient, ils ont dansé. Si un inconnu traversait la cour, il serait saisi de voir ces mendiants chanter et danser au son du tam-tam. Ils s’en retournent le cœur en joie et le sac bien garni : du riz, des pois, du maïs, du sucre, du savon et une enveloppe « chargée » pour s’acheter un vêtement ou une paire de chaussures . Leur merci accompagné de toutes sortes de bénédictions vous revient. Le lendemain, avec Mme Lisette, Melle Mireille et Mme Salnave nous organisions la fête du Pré-scolaire: les 3 sections avec 120 enfants. Ils s’en sont donné à cœur joie. Quand un petit Haïtien entend la musique, il se met à danser et le choix des CD était excellent. L’ambiance était bien festive ! J’ai remarqué que c’était un Noël chrétien où Jésus a eu la première place. Les plus contents étaient les Parents satisfaits du repas qu’on leur a servi mais surtout fiers des prouesses de leurs enfants et contents de les voir repartir avec une jolie poupée ou une moto qui roule. Une innovation concernant les enfants de l’Ecole La Sainte Union (cours du soir). Quand dans une classe de 29 élèves, 4 seulement vivent chez leurs Parents, on peut penser que ces enfants ne recevront rien à Noël. C’est pourquoi, Roseline et moi leur avons offert un petit cadeau de votre part. Les plus petites ont eu une poupée, les plus grandes, une pochette avec le matériel pour se fabriquer des colliers ou des bracelets et les garçons, une balle. Tous les yeux brillaient de surprise, d’émotion et de joie. Ils vous disent «  Mèsi anpil ».

 

Le Dimanche après-midi, nous avons accueilli le personnel pour le marché de Noël. C’est toujours un moment de vraie détente et de joie car on imagine le sourire radieux de ceux et celles qui vont recevoir les trésors enfouis dans les gros sacs que chacun doit apporter. Un merci spécial aux Sœurs de Froyennes, en particulier à Sr Marie-Louise. La layette, les bonnets, les cache-cœur, les pulls et tous les tricots ont été appréciés .Les enfants n’auront pas froid ! Le Dimanche soir, Eli et moi avons soufflé après ces 3 jours où c’était la course : préparer, fêter, ranger ; préparer encore. Mais nous étions franchement heureuses de tant de joie partagée !

 

A la Paroisse, c’était le premier Noël de notre nouveau curé. La Messe de la nuit était fervente et joyeuse. Selon la tradition, celle du matin était avec les malades.

 

Le lendemain, nous avons quitté St Michel pour quelques jours de repos mais nous étions de retour le 31. On se souviendra de la nuit du Nouvel An. A 10h, l’Eglise était ouverte : 2013 s’achèverait sur une belle veillée de prière jusqu’à minuit. Alors, les cloches sonnèrent à toute volée pour ouvrir l’année dans la joie. Ne parlez pas de tapage nocturne, en Haïti, on ne dort pas la nuit du premier Janvier car c’est aussi la fête nationale. Après la Messe, les mamans étaient libres pour préparer la « soup joumon » = potiron.

 

Après une semaine agrémentée de visites à l’occasion du Nouvel An, nous étions à la rentrée. Cette année, nous avons entraîné quelques écoles à commencer dès le premier jour. Les enfants étaient très fières d’entrer dans une cour si belle et de s’asseoir dans des classes toutes neuves.

 

Pour la cantine, le PAM ( Programme Alimentaire Mondial) a prévu un complément alimentaire : des micronutriments , un lot de vitamines et de minéraux, sous forme de poudre. Comme la poudre est souvent employée dans les cérémonies du vaudou, on élimine le mot et ce produit est désigné par une expression créole : « elèv vanyan » (élève fort) , car il est conçu pour combler les carences alimentaires, causes de difficultés scolaires. On mettra un sachet de 8g pour 20 rations.

 

Nous étions lancées dans le 2ème trimestre quand nous avons eu la grande peine de perdre une élève de préparatoire. Chaydine était en classe le vendredi. Le lundi, se sentant malade, elle s’est excusée prenant soin d’envoyer son carnet de notes à sa maîtresse. Le lendemain, dans la matinée, elle nous quittait. Une gentille petite fille, sans problème. Elle était l’unique enfant de sa maman. Dans de telles circonstances, nous sentons que notre attachement aux enfants et aux familles n’est pas superficiel.

 

Le 12 janvier, reste une date inoubliable en Haïti. Ce même jour, un camp d’une centaine de réfugiés a été détruit par un incendie. Dans combien de temps seront-ils relogés ? Et comment ? Le Pape François défend les pauvres. Sera-t-il entendu ? Il vient de choisir Monseigneur Chibly Langlois, le Président de la Conférence Episcopale pour en faire un cardinal. Le premier cardinal haïtien et, paraît-il, le plus jeune du Sacré Collège. Il a 55 ans. A travers lui et le Nonce apostolique, le Vatican sera bien informé de la situation réelle du pays.

 

Nous vivons une période de grève « manches longues » c’est-à-dire qui peut durer d’après certains. Les professeurs l’ont suivie durant 2 jours mais comme les directives n’étaient pas claires, elles ne l’ont pas prolongée. Il a fallu la reprendre au cours de la semaine du 27. A suivre.

 

Cela ne nous a pas empêchées d’organiser la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. L’école accueille des élèves et des professeurs protestants. Sr Elizabeth a établi le programme mais ce sont les professeurs qui ont animé la prière à tour de rôle.

 

Une joie en perspective : la venue de Jean Danquigny, le président de l’Association et de Marie Bouchaert, Cette fois encore, ils font le voyage à leurs frais. Ils nous parleront de l’Assemblée Générale du 7 février. Leur présence nous encouragera beaucoup et pour eux, il est bon de voir sur place la marche de nos activités et tout ce que l’Association nous permet d’entreprendre, ce qui reste encore à faire aussi car on peut toujours s’améliorer. Comme le dit St Augustin : Si  tu dis assez, tu es mort et Haïti veut vivre !

 

Bien que modeste, mais encouragée par les inspecteurs, l’école veut être une école-pilote. Nous avons la chance de travailler avec des professeurs bien motivés. « Fonctionnaires » mais aussi « missionnaires ». Le Comité de Parents aussi veut tenir son rôle. Pendant la grève, lors d’une manifestation qui commençait à tourner à la violence, un papa n’a pas hésité à se tenir carrément devant le portail. 

 

Cette belle collaboration est pour nous une grâce. Votre soutien en est une aussi. Soyez-en remerciés de tout cœur.

 

Sr Elizabeth et moi vous embrassons.

 

Le 31 janvier 2014, Sr Jean-Jo

 

 

En fichiers joints : quelques photos et deux courtes vidéos des enfants et du Noël des Pauvres, envoyées début février par Sr Elizabeth. Le Noël des Pauvres a lieu chaque année dans la cour de l'école et est soutenu par l'Association Haïti-Présences.

 

Article publié par Paroisse St-Maurand St-Amé de Douai • Publié Samedi 15 février 2014 • 795 visites

Musique pour clôturer les activités

Avec les pauvres, on loue le Seigneur

Haut de page