Le prêtre, artisan de communion à l’école de Marie

Notre Dame du sacerdoce Notre Dame du sacerdoce   Depuis quelques jours, nous essayons de redécouvrir la vocation sacerdotale sous différents angles. Je me permets de vous les rappeler. Lundi, nous avons cherché les racines du sacerdoce ministériel en creusant le sacerdoce du Christ. (Hébreux 5-11) Nous avons souligné les liens qui unissent les deux sacerdoces : le sacerdoce des baptisés et le sacerdoce ministériel. Mardi, nous avons médité sur l’identité du prêtre autour du triptyque que sont : l’appel, la consécration et la mission. Mercredi et jeudi, nous nous sommes arrêtés sur le service et ministère du Parole de Dieu et de l’Eucharistie, les deux arbres du jardin de la Création (Genèse 2). Hier, vendredi, c’est le ministère de la miséricorde de Dieu et de la réconciliation qui a retenu notre attention. Il est nécessaire de garder ensemble ces différentes approches du prêtre pour ne pas le défigurer. On pourrait les compléter avec les thèmes comme : le prêtre et la responsabilité ou encore le prêtre et la vie sacramentelle mais aussi des thèmes comme le prêtre et les défis de ce temps…Nous n’aurons pas trop d’une année pour approfondir le ministère et la mission du prêtre. Je m’en tiendrai aujourd’hui au service de communion dont le prêtre à la charge. J’ai intitulé ce topo : Le prêtre, artisan de communion à l’école de Marie.

Artisan et serviteur de la communion


Le péché isole et enferme. Notre adversaire le malin offre toujours la tentation de la suffisance. Il nous fait croire que nous pouvons nous réaliser seuls, sans relation aucune et surtout sans engagement. Les chapitres 3-11 du livre de la Genèse nous montrent l’état de décomposition que provoque cette folie. La concupiscence ternit les relations de l’homme et de la femme (Gen3), la jalousie défigure la relation fraternelle (Gen4),  la suffisance finit par détruire la Création (Gen7) l’orgueil divise l’humanité (Gen 11).A cause du péché, l’homme et le monde deviennent vite une carrière de matériaux facilement exploitables.  L’homme a peur. Il se terre... Dieu pousse son cri « Ou es-tu ? » (Gen3,9). C’est une déchirure dans l’opacité des ténèbres ! (Gen 3) Pour que l’homme retrouve son cœur, Dieu offre son Alliance. Il ira même jusqu’à offrir son propre fils pour sceller une Alliance nouvelle et Eternelle. (Hébreu 9,15). Dieu veut vivre en communion avec sa Création dont les joyaux sont l’homme et la femme qu’Il a façonnés à son Image. L’image de Dieu, nous le savons, c’est le Christ (II Corinthiens 4,4), « Il nous a arrachés au pouvoir des ténèbres et nous a transférés dans le royaume du son Fils bien-aimé ;  en lui nous sommes délivrés, nos péchés sont pardonnés. Il est l'image du Dieu invisible, Premier-né de toute créature… » Colossiens 1,13-15. Nous sommes crées par Dieu pour le Christ pour vivre par lui, avec lui et en lui la pleine communion avec Dieu. Le prêtre est celui qui nous introduit dans cette communion. Saint Jean-Marie Vianney disait « Si nous n’avions pas le sacrement de l’ordre, nous n’aurions pas notre Seigneur. Qui est-ce qui l’a mis dans le tabernacle ? Le prêtre. Qui a reçu notre âme à son entrée dans la vie ? Le prêtre. Qui la nourrit pour lui donner la force de faire un pèlerinage ? Le prêtre Qui la préparera à paraitre devant Dieu, en lavant cette âme pour la dernière fois dans le sang de Jésus-Christ ? Le prêtre, toujours le prêtre » Le Saint curé d’Ars définit le prête comme l’homme de la communion avec Dieu. C’est pour cela que le ministère du prêtre est centré sur l’Eucharistie. «  La coupe de bénédiction que nous bénissons n'est-elle pas une communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons n'est-il pas une communion au corps du Christ ? » dit saint Paul dans 1 Corinthiens, 16. Et il ajoute  « Puisqu'il y a un seul pain, nous sommes tous un seul corps : car tous nous participons à cet unique pain ». (1 Cor 17). La communion à l’unique corps du Christ fait de nous un seul corps en Christ.  Jésus-Christ est notre Paix. (Ephésiens 2,14). L’Eucharistie fonde la communion ecclésiale universelle. Elle est source d’unité entre les hommes. Elle est source de la joie durable « vous verrez à nouveau, votre cœur alors se réjouira, et cette joie, nul ne vous la ravira. » (Jean 16,22). Nous le comprenons bien,  le prêtre ne s’est pas donné lui-même ce ministère de communion. La communauté chrétienne pas davantage ! Il l’a reçu au jour de son ordination. Il a promis de vivre en communion avec son évêque, successeur des apôtres. 

Le prêtre et la Vierge Marie.


Il y a quelques jours, nous avons fêté avec enthousiasme Notre-Dame du Saint Cordon. Forts de la célébration eucharistique, hommes et femmes ont suivi la Vierge Marie. Les uns et les autres, se sont rassemblés au passage de Marie pour constituer un peuple de pèlerins. Il en est ainsi depuis 1000 ans. Marie, mère de Dieu, dispose le cœur de l’homme à accueillir Dieu. Celle qui a dit oui à Dieu au jour de l’annonciation (Luc 1)  et de la croix (Jean 19) est aussi celle qui a rassemblé les disciples effrayés (Actes des apôtres 1, 12-14), celle qui a vaincu notre adversaire Satan (Apocalypse 12).Comment le prêtre se dispenserait-il de la mère de Dieu dans l’exercice de son ministère ? Saint Jean-Marie n’a pas hésité un seul instant lui qui disait : « Je l’ai aimée avant de la connaître : c’est ma plus vieille affection et le Père se plaît à la regarder comme le chef d’œuvre de ses mains. Le cœur de cette bonne mère n’est qu’amour et miséricorde. Elle ne désire que de nous voir heureux. Il suffit seulement de se tourner vers elle pour être exaucé. Plus nous sommes pécheurs plus elle a de tendresse et de compassion pour nous. On n’entre pas dans une maison sans parler à la portière. Et bien. La Sainte Vierge est la porte du ciel ». Saint Jean-Marie Vianney placera une statue de la Vierge écrasant le serpent au dessus de la porte de l’Eglise d’Ars…vous comprenez pourquoi. Autre signe, saint Jean-Marie  place dans le cœur immaculée de Marie les noms de ses paroissiens. Par ce geste, il confie à Marie, ceux que Dieu lui a donnés pour les conduire à Lui… Le prêtre est éduqué par Marie, Mère du Christ prêtre. Il reçoit d’elle son humilité, sa chasteté amoureuse, sa disponibilité du cœur. Elle veille sur les prêtres de son fils comme elle a veillé sur le disciple aimé (Jean 19). « Marie, Mère de Jésus Christ et Mère des prêtres, reçois ce titre que nous te donnons pour célébrer ta maternité et contempler près de toi le Sacerdoce de ton Fils et de tes fils, Sainte Mère de Dieu! » Jean-Paul II, Pastores dabo vobis.

Prêtre, prophète du bonheur véritable


J’ai signalé dans mon premier point la tentation fondamentale « être des Dieux ». Le diable ne crée rien. Il détourne l’homme de son origine et de sa finalité : La vie éternelle.  Qu’est-ce que la vie éternelle ? « La vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ  » Jean 17,3. Connaissance que le curé d’ars traduisait ainsi « Au ciel, nous serons heureux du bonheur de Dieu et beaux de la beauté de Dieu ». Le prêtre signifie par sa présence et son ministère le dessein de Dieu  lui qui . ». Par la vie sacramentelle, le prêtre nous revêt de la sainteté de Dieu. Il nous offre de ressembler, dès aujourd’hui, à Jésus-Christ. Celui que le Père contemple pour nous façonner à son Image. Celui que le Père nous offre pour passer des ténèbres à sa lumière. Le prêtre est signe des temps nouveaux. Avec la communauté des rachetés, la communauté des transfigurés, il cherchera à témoigner de la miséricorde de Dieu. Il veut  partager la pauvreté de Jésus, sa douceur et sa force, sa patience et sa miséricorde, sa pureté. Voilà pourquoi, il a besoin de votre prière et de votre soutien. Il ne peut y arriver sans accueillir l’Esprit Saint qui sans cesse renouvelle le don de Dieu. Avec l’Eglise, nous appelons ce don de l’Esprit saint, communion du Père et du Fils. « L'Esprit et l'épouse disent : Viens ! Que celui qui entend dise : Viens ! Que celui qui a soif vienne, Que celui qui le veut reçoive de l'eau vive, gratuitement » Apocalypse 22,17

Prière de Jean-Paul II dans l’encyclique Pastores Dabo Vobis


Marie, Mère de Jésus Christ et Mère des prêtres,
reçois ce titre que nous te donnons pour célébrer ta maternité
et contempler près de toi le Sacerdoce de ton Fils et de tes fils,
Sainte Mère de Dieu!

Mère du Christ, tu as donné au Messie Prêtre son corps de chair par l'onction de l'Esprit Saint pour le salut des pauvres et des hommes au coeur contrit,
garde les prêtres dans ton coeur et dans l'Église,
Mère du Sauveur!

Mère de la foi, tu as accompagné au Temple le Fils de l'homme,
accomplissement des promesses faites à nos pères,
confie au Père, pour sa gloire, les prêtres de ton Fils,
Arche de l'Alliance!

Mère de l'Église, au Cénacle, parmi les Disciples, tu priais l'Esprit
pour le Peuple nouveau et ses Pasteurs,
obtiens à l'ordre des prêtres la plénitude des dons,
Reine des Apôtres!

Mère de Jésus Christ, tu étais avec Lui au début de sa vie et de sa mission,
tu l'as cherché, Maître parmi la foule, tu l'as assisté, élevé de terre,
consommé pour le sacrifice unique éternel,
et tu avais près de toi Jean, ton fils,
accueille les appelés du Seigneur,
lors de leurs premiers pas sur leur chemin,
protège leur croissance, accompagne dans la vie et dans le ministère
ceux qui sont tes fils,
Mère des prêtres ! Amen!

Article publié par MICHEL LAISNE • Publié le Mardi 06 octobre 2009 • 2688 visites

keyboard_arrow_up