Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

L'indulgence jubilaire

Le Pape Benoît XVI invite à recevoir l’indulgence plénière pendant l’Année de la foi

 

« Tout au long de l’Année de la Foi, proclamée du 11 octobre 2012 au 24 novembre 2013, pourront recevoir l’indulgence plénière de la peine temporelle pour leurs péchés, accordée miséricordieusement dans le Seigneur, applicable également à l’âme des fidèles défunts sous forme d’intention, tous les fidèles vraiment repentis et ayant accompli la confession et la communion sacramentelle, et qui prieront selon les intentions du Souverain Pontife : …. »

 

(Extrait du décret de la Pénitencerie Apostolique du 14 septembre 2012)

 

 

L’INDULGENCE ? QU’EST-CE QUE C’EST ?
C’est une invitation à se convertir, à pratiquer des œuvres de piété,
de pénitence, de charité et de justice !

 

Pour expliquer ce qu’est l’indulgence, prenons cet exemple : j’ai dit de méchantes paroles (médisance, calomnie, …) contre quelqu’un. J’ai fait quelque chose de mal : c’est le péché.

La péché a plusieurs conséquences :

  • La première conséquence est qu’il nous sépare de Dieu. Le péché grave peut même nous séparer complètement et définitivement de Dieu ;
  • La deuxième est que le péché me blesse moi-même : je ne suis plus libre. Mes rapports avec les autres ne sont plus équilibrés : jalousie, égoïsme, prétention, volonté de richesse ou de pouvoir, … de même dans le domaine de l’affectivité (amour du prochain, sexualité,…). Je ne fais plus le bien que je voudrais faire et je fais le mal que je ne voudrais pas faire ;
  • La troisième conséquence, c’est que le péché blesse les autres. Ainsi, les paroles médisantes détruisent la réputation de l’autre. Plus grave encore, on peut répéter ce que j’ai dit. Alors, le mal s’étend : il devient plus grand, plus fort, …. Le mal que j’ai ainsi fait participe à tout le mal qui se fait dans le monde.
QUE FAIRE ? D’abord la confession. Par la confession de mes péchés à un prêtre, j’obtiens le pardon de mes péchés. Je ne suis plus séparé de Dieu (communion). La première conséquence du péché est effacée, mais les deux autres restent ! Alors l’Église propose dans des lieux de pèlerinage, ou bien à l’occasion de jubilés et de fêtes, de recevoir l’indulgence.

En effet pour effacer les deuxième et troisième conséquences du péché, nous avons besoin d’une purification. L’Église croit que nous pouvons l’obtenir ici-bas sur cette terre grâce à l’indulgence ou être purifiés après notre mort (c’est le purgatoire). En recevant l’indulgence, nous faisons le contraire du péché. C’est un bien qui participe à tout le bien qui se fait dans le monde. Nous sommes en communion avec les saints du ciel. Le bien s’étend aux autres, il devient plus grand et plus fort que le mal.

 

 

QUI PEUT RECEVOIR L’INDULGENCE ?

 

Pour moi-même si je suis baptisé, ou bien pour aider un fidèle défunt qui aurait besoin de purifications après sa mort (purgatoire), comme un être cher (un parent proche : une grand-mère, un grand-père, …), un ami, ou … un ennemi … ainsi que l’amour du Christ nous y invite.

 

 

DANS QUELLES CONDITIONS ? COMMENT ET OÙ RECEVOIR L’INDULGENCE ?

 

Toute l’année (11 octobre 2012 au 24 novembre 2013) chaque fois :

  • Que l’on participe à au moins trois temps de prédications de missions ou trois temps d’enseignement sur le Concile Vatican II ou sur le Catéchisme de l’Église Catholique ;
  • Ou bien, chaque fois qu’on accomplit un pèlerinage dans une basilique papale, une catacombe chrétienne (à Rome), une cathédrale ou un lieu sacré désigné par l’évêque du lieu pour l’Année de la foi : à Douai, la Collégiale Saint-Pierre. Il faut y participer à un office de son choix (messe, chapelet, salut du Saint-Sacrement, chemin de croix, Vêpres) ou bien s’y recueillir, en concluant par le Notre Père, la Profession de foi et les invocations à la Vierge ;
  • Ou bien, un jour librement choisi, aller sur le lieu de son baptême pour y renouveler les promesses de son baptême ;
  • Ou bien, aux jours déterminés par l’évêque du lieu pour l’Année de la Foi (par exemple en solennité du Seigneur, de la Bienheureuse Vierge Marie, …), assister à la messe ou aux vêpres, comprenant la profession de foi (Credo)
Mais, dans tous les cas, quelque soit son choix, il faut toujours avoir l’intention de se convertir et avoir un regret sincère de ses péchés, se confesser, communier et prier pour la personne et les intentions du Pape.

 

 

ET SI JE NE PEUX ME DÉPLACER POUR RECEVOIR L’INDULGENCE ?

 

Si je suis malade, âgé, prisonnier ou bien empêché d’accomplir toutes les conditions pour des raisons graves indépendantes de ma volonté, mais toujours avec l’intention de se convertir et le regret sincère de mes péchés, je peux quand même obtenir l’indulgence, par ma prière, ou bien en regardant ou en écoutant la télévision, la radio qui retransmet des célébrations, des paroles du Pape, … (RCF, KTO, ….).

 

Terminer la prière par le Notre Père et la Profession de la foi.

 

 

L’ANNEE DE LA FOI DANS LA PAROISSE ST-MAURAND  ST-AME DE DOUAI (59)

 

Dans le diocèse de Cambrai, Mgr GARNIER a désigné une Église Jubilaire pour la durée de l’Année de la foi : la Collégiale Saint-Pierre de Douai.

Cette désignation demandée par les curés de la paroisse et souhaitée par de nombreux paroissiens est un signe heureux et une occasion exceptionnelle de redécouvrir ce trésor que représente le Catéchisme de l’Église Catholique, « cadeau » du Bienheureux Jean-Paul II il y a 20 ans.

La désignation de la Collégiale Saint-Pierre de Douai en tant qu’Église Jubilaire signifie que ce lieu est un lieu de pèlerinage pour l’Année de la Foi, lieu où peut donc s’accomplir un acte établi pour obtenir une indulgence plénière.

Un « parcours jubilaire » est ainsi ouvert dans la paroisse avec notamment :

 

  • L’Église Notre-Dame : confession, temps d’adoration et de prières, et vêpres chaque vendredi après-midi ;
  • Le Carmel : messe tous les jours ;
  • La Collégiale Saint-Pierre, lieu sacré de pèlerinage où peut être accompli l’acte permettant l’obtention d’une indulgence plénière : pèlerinage, recueillement, méditations et prières à Notre Dame des Miracles et devant le Très Saint Sacrement de l’Hostie du Miracle.
Plus particulièrement , en ce lieu de pèlerinage, le 1er jeudi de chaque mois, tous les moyens pour obtenir une indulgence plénière sont réunis : confession, eucharistie, adoration de l’Hostie du Miracle et temps de prières.

La démarche pour obtenir une indulgence plénière en cette l’Année de la Foi peut être individuelle : chacun peut accomplir son pèlerinage à tout moment (sauf le lundi, jour de fermeture de la Collégiale) en suivant les indications données ci-dessus (réponse à la question : DANS QUELLES CONDITIONS ? COMMENT  ET OÙ RECEVOIR L’INDULGENCE ?) . La démarche peut également être « collective », organisée par un groupe de la paroisse (mouvements divers constitués, scouts, écoles, aumôneries,…) ou par des groupes d’autres paroisses, paroisses du doyenné ou de la région.

Pour bien préparer cette démarche initiatique et la vivre avec toute l’intensité, l’authenticité et la foi indispensables pour son engagement, des réunions de catéchèse et de prières sont organisées par la paroisse.

Des guides pour accompagner la démarche jubilaire sont également mis à disposition dans chacune des étapes du parcours jubilaire proposé par la paroisse.

 

Alain STREBELLE

Article publié par Paroisse St-Maurand St-Amé de Douai • Publié Jeudi 07 février 2013 • 1035 visites

Haut de page