Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Traitement de choc contre l'hypocrisie

L'aumône, traitement de choc contre l'hypocrisie. Homélie du matin, 15 octobre 2013

ROME, 15 octobre 2013 (Zenit.org) - Pour se soigner de « l'hypocrisie », le pape François exhorte à « faire l'aumône »: "Si tu es vaniteux, si tu es carriériste, si tu es ambitieux, si tu es quelqu'un qui se vante pour qu'on te croie parfait, fais un peu d'aumône et cela guérira ton hypocrisie".

 

L'aumône, médicament choc.

 

Lors de la messe qu'il a célébrée ce matin, 15 octobre 2013, à la Maison Sainte-Marthe, le pape a mis en relief une tentation des chrétiens, illustrée dans l’Évangile où un pharisien critique Jésus qui n'a pas fait ses « ablutions » avant le repas (Lc 11,37-41) : C'est de l'hypocrisie.

 

Quel est le remède à l'hypocrisie ? Faire l'aumône. Jésus déclare en effet « Vous les pharisiens, vous purifiez l'extérieur de la coupe et du plat, mais à l'intérieur vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté ... Donnez plutôt en aumônes ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous. »

 

« Jésus conseille de ne pas regarder les apparences, d'aller vers la vérité. Le plat est le plat, mais ce qui est plus important est ce qui est à l'intérieur du plat : Le repas. Si tu es vaniteux, si tu es carriériste, si tu es ambitieux, si tu es quelqu'un qui se vante pour qu'on te croie parfait, fais un peu d'aumône et cela guérira ton hypocrisie ».

 

« C'est la voie du Seigneur : Adorer Dieu, aimer Dieu, et aimer le prochain. C'est si simple, mais si difficile ! Cela peut se faire seulement avec la grâce. »

 

Si on n'adore pas Dieu ...

 

Selon Radio Vatican, le pape a aussi commenté la première lecture, tirée de la lettre aux Romains (1,16-25), où saint Paul dénonce les personnes qui « ont connu Dieu sans lui rendre la gloire et l'action de grâce que l'on doit à Dieu », préférant adorer « des créatures plutôt que le Créateur ».

 

Tous les êtres humains portent en eux « le besoin d'adorer – parce qu'ils portent l'empreinte de Dieu à l’intérieur d'eux-mêmes ». Aussi, quand ils « n'adorent pas Dieu », ils adorent « les créatures » : « C'est le passage de la foi à l’idolâtrie ».

 

Aujourd'hui, bien que l'on n'idolâtre plus les statues, l’idolâtrie a trouvé d'autres formes : « Aujourd'hui aussi, il y a tant d'idoles et aujourd'hui aussi il y a tant d’idolâtres, qui se croient sages. Parmi les chrétiens aussi ... Ceux qui se croient savants, qui savent tout … Ils sont devenus sots et ils échangent la gloire de Dieu incorruptible avec une image : Le moi, mes idées, mon confort ».

 

 

Pour Paul, « les idolâtres n'ont aucun excuse : Bien qu'ayant connu Dieu, ils ne l'ont pas glorifié ni remercié. Et quelle est la route de l’idolâtre ? Il le dit très clairement : 'Ils se sont laissé aller à des raisonnements qui ne mènent à rien, et les ténèbres ont rempli leurs cœurs sans intelligence'. »

 

Ils ont fait preuve « d’égoïsme de la pensée, d'une pensée toute-puissante : 'Ce que je pense est vrai : Je pense la vérité, je fais la vérité avec ma pensée' ».

 

Tous les hommes ont « quelques idoles cachées à l'intérieur d'eux-mêmes », a insisté le pape, invitant à « se demander devant Dieu : Quelle est mon idole cachée ? Ce qui occupe la place du Seigneur ! ».

Article publié par Adrien PERUS • Publié Mercredi 16 octobre 2013 - 07h37 • 1127 visites

Actualités de l'Eglise

Les évêques français et espagnols du Chemin de Compostelle signent une lettre pastorale commune
Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, a accueilli la troisième rencontre...

Commémoration : un an après la mort du Père Hamel
Un an après l'assassinat du Père Jacques Hamel (26 juillet 2016), prêtre de...

Un nouveau site pour la liturgie : liturgie.catholique.fr
Un nouveau site pour la liturgie : liturgie.catholique.fr. Destiné en premier lieu aux acteurs en...

Commentaires du dimanche 30 juillet
30 juillet 2017, 17e dimanche du temps ordinaire, commentaires des lectures bibliques,...

Mgr Georges Pontier : « Il y a un an, le Père Jacques Hamel était assassiné »
Déclaration de Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille, Président de la Conférence...

Haut de page