Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Une Afrique pétillante, pleine de dynamisme et de vie...

mai 2015

 

Chère Famille,

Chers Amis,

Chers Collègues,

Chers Volontaires,

 

Alors que je commence à sécher, devant mon papier sur fond d’écran, sur ce que je pourrais vous raconter de si beau mais de si différent; je réalise que 9 mois se sont déjà écoulés... Que le temps passe vite !

 

Pour changer pour une fois du domaine de la Santé, que diriez-vous d’un petit envol vers l’éducation et la religion ??!!

 

Commençons par l’éducation avec une petite leçon de statistiques...

 

En 1960, date de l’indépendance, 420 000 enfants seulement fréquentaient l’école primaire. Vingt ans plus tard, il y avait plus d’un million d’écoliers encadrés par 20 000 maîtres !

 

Aujourd’hui, le Cameroun compte près de 5,5 millions d’élèves tandis qu’il ne reste seulement que 200 000 étudiants à l’entrée des portes de l’université... Bien que l’éducation soit devenue une des priorités que s’est fixée le gouvernement et malgré les efforts permanents pour pourvoir la plupart des villages d’écoles maternelles et primaires, le taux de scolarité pour l’école primaire reste de 65% et le taux d’alphabétisation de la population adulte est d’environ 75% (à noter qu’il est plus élevé chez les hommes que chez les femmes).

 

Le taux de scolarité reste cependant un des plus élevés d’Afrique, malgré quelques disparités entre le Nord et le reste du pays. Le Nord restant, en effet, moins scolarisé que le Sud

 

Pays bilingue, le Cameroun se partage entre francophones (80% de la population) et anglophones (20% de la population), tous les camerounais apprennent ainsi à la fois le français et l’anglais. Dans le Cameroun anglophone, le Nord Ouest du pays, le français est la deuxième langue.

 

Dans le reste du pays, c’est l’anglais qui est la deuxième langue.  A côté de ces deux langues officielles, on relève un très grand nombre de langues locales et de dialectes (plus de 200 soit environ autant de langues que d’ethnies puisqu’au Cameroun on compte environ 265 ethnies différentes ! ).

 

La fin de l’année scolaire va bientôt sonner, puisque le 5 juin, tous les petits écoliers seront déjà en grandes vacances pour une durée de 3 mois... !!! Beaucoup de petits français les envieraient même si vous vous doutez bien qu’il doit bien y avoir une raison... Ils ne connaissent, en effet, pas de vacances à la Toussaint, ni en février, ni à Pâques... Seulement à Noël, ce qui fait une année bien chargée tout de même et donc des vacances bien méritées !

 

Je vous propose donc de vous plonger au cœur de cette éducation africaine par ma vidéo intitulée “l’école au Cameroun”. Vous y verrez différentes écoles, certaines sont perdues dans les montagnes ou dans la brousse, d’autres sont au cœur d’une ville ou d’un village. Je vous laisserai apprécier la disparité qui existe entre ces écoles. Certaines sont en bois, d’autres sont en dur avec parfois des latrines ! Quelques unes d’entre elles ont trop peu de moyens pour faciliter l’enseignement, les écoliers n’ont qu’un seul cahier pour toute l’année et les enseignants n’ont pas toujours de manuels mis à leur disposition ! D’autres sont plus décorées ou semblent avoir plus de moyens, elles sont, en fait, tout simplement chanceuses d’avoir reçu quelques dons...  La dernière école que vous verrez où les enfants de la maternelle ont une séance sur “la préhension” en enfilant quelques perles se situe juste en face de l’hôpital dans lequel je travaille. Cette école a été créée par les sœurs et ce fut d’ailleurs leur premier projet avant la construction de l’hôpital.

 

Quittons maintenant les petites écoles pour nous rendent sur les places du village où bien souvent nous y trouvons des lieux de culte...

 

Au niveau religieux, les catholiques, les protestants et les musulmans sont à peu près au nombre égal au Cameroun, environ un million de personnes pour chaque groupe.  En dehors de ces 3 religions, l’animisme est encore actuellement très répandu même si beaucoup se convertissent à l’islam ou au christianisme.

 

Que vous soyez athées ou croyants, pratiquants ou non pratiquants, chrétiens ou musulmans,  la Foi au Cameroun ne peut vous laisser indifférents. Et si quelques uns d’entre vous auraient encore du mal à me croire, alors je vous propose de vous laisser porter par ma petite vidéo intitulée “la Foi au Cameroun au cœur des Vies”. C’est tout simplement ce qui se vit lorsque vous pénétrez dans une église. Une population surtout très jeune, dynamique, pleine d’enthousiasme occupe aisément l’ensemble des bancs. Bien souvent, les églises ne sont d’ailleurs pas assez grandes pour accueillir toute la foule, il n’est donc par rare de voir des fidèles prier à l’extérieur de l’église lors des messes dominicales. Les chants sont très rythmés, beaucoup d’instruments à percussion, de maracasses, de djembé, chants parfois accompagnés de danses, de rites et traditions ! Par contre, accrochez-vous car elles sont très longues (2 h) et peuvent parfois durer 3 à 4 h en temps de fêtes ! Vous l’aurez compris, c’est une autre ferveur qui se dégage sur ce continent ! Ici, on enterre les morts devant sa maison, ils veillent ainsi sur les vivants. Au village, il est donc fréquent de voir des pierres tombales devant les maisons. Dieu est celui qui peut apporter un lendemain meilleur, permettre les fruits d’une meilleure récolte, aider la guérison d’un proche malade. Beaucoup de personnes commencent ou finissent donc leurs journées en priant, en rendant grâce... 

 

J’aimerais parfois me plonger au cœur de la culture musulmane pour mieux la connaître et la comprendre, ce sera peut être pour une prochaine fois... En attendant, je vous laisse admirer quelques photos avec cette mosquée, que je trouve très belle et colorée, visitée peu avant le coucher du soleil... L’accueil m’a été très chaleureux, le recueillement très présent comme un silence profond qui m’habitait. En montant en haut du minaret, une belle vue sur la ville de Foumban s’offrait alors à moi, une façon d’observer de loin toute la vie remplie de simplicité, de générosité, d’hospitalité de ces frères musulmans et la chaleur qui se dégageaient sur cette place et dans les différents quartiers.

 

Alors que dans un peu moins de 3 mois, je poserai le pied sur le sol français pour retrouver mes racines, je peux vous dire que désormais je me sens en quelque sorte “chez moi” ici.

 

Je vous souhaite à tous un bon début d’été.

 

Affectueusement

 

Claire

Article publié par Paroisse St-Maurand St-Amé de Douai • Publié Vendredi 29 mai 2015 • 612 visites

L école au Cameroun.mp4

La Foi au Cameroun.mp4

Haut de page